0145000486 contact@ctint.fr

Naturopathie

 Une médecine holistique qui prend en considération tous les aspects de la personne et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la cause

Nous prenons peu ou mal soin de nous, notre air est pollué, la sédentarité est légion, les aliments abondent quantitativement mais peu nous nourrissent qualitativement, nos nuits sont courtes, nos niveaux de stress sont indicibles et font le lit de nombreuses maladies dite « de civilisation ». Serait-ce une fatalité ?

La naturopathie, définition

La naturopathie à pour objectif de potentialiser, stabiliser, ou rétablir la santé en modulant l’ensemble des paramètres constitutifs de l’hygiène de vie d’un individu : son sommeil, son alimentation, son activité physique, sa gestion du stress et de ses émotions.

Elle trouve son origine dans l’antiquité, mais c’est aujourd’hui qu’elle connait un plein essor. Elle tend d’ailleurs à s’imposer dans le paysage des médecines dites « douces », aux côtés de la médecine chinoise et de l’ayurvéda, toutes trois reconnues par l’Organisation Mondiale de la Santé comme médecines traditionnelles.

Le naturopathe s’applique à réguler les capacités d’homéostasie inhérents à chacun, en consolidant certes les points forts (e.g excellente digestion) mais en renforçant également les points faibles (e.g santé thyroïdienne, métabolisme).

La naturopathie est dite holistique : elle considère l’ensemble des aspects de l’individu et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la cause. Hippocrate disait d’ailleurs « la cause de la cause de la cause ». Le symptôme est alors perçu comme un moyen d’identifier une cause profonde et non un inconfort à faire taire.

Le naturopathe accompagne au retour à la santé en :

  • se concentrant sur le caractère individuel de chaque consultant : qui il est, dans quel(s) environnement(s) il évolue, quelle est son histoire, quels sont des besoins (il réponds-t-il ? Si oui, comment ?)
  • considérant avec intérêt la pertinence de la prévention ;
  • valorisant une approche responsabilisante d’optimisation de la santé ;
  • revêtant un rôle pédagogique d’éducateur à la santé ;
  • améliorant qualitativement tout les aspects constitutifs de l’hygiène de vie : alimentation, sommeil, digestion, assimilation, élimination, gestion du stress, mouvement, relation à soi, rythmes biologiques..

Elle a ses limites, notamment dans l’accompagnement des pathologies lésionnelles.

naturopathie au quotidien

Ses grands principes

La naturoptahe repose sur 4 piliers fondamentaux :

Primum non nocere

D’abord ne pas nuire. Hippocrate le soulignait ainsi « Face aux maladies, avoir deux choses à l’esprit : faire du bien, ou au moins ne pas faire de mal ». Le rôle du médecin est d’observer et d’accompagner les symptômes qui sont souvent le signe que le processus de guérison est en marche. Supprimer les symptômes peut causer plus de mal que de bien. On parle de « transfert morbide » : la cause est toujours là, on réduit son expression au silence, elle reviendra sur un autre organe, généralement amplifiée.

Vis medicatix naturae

La nature recèle son propre pouvoir de guérison. Un corps humain en bonne santé possède en lui une capacité d’auto-guérison qui lui permet de retrouver seul la santé. Au coeur de l’organisme vivant se trouvent les forces de vie permettant d’y parvenir. Le rôle du médecin ou du thérapeute consiste à faciliter l’accès à ces forces en découvrant et en éliminant les obstacles qui s’y opposent.

Tolle causam

Découvrir et traiter la cause. Allant plus loin encore, Hippocrate disait « Recherchez la cause et traitez la, recherchez la cause de la cause et traitez la, recherchez la cause de la cause de la cause et traitez la ». Le rôle du naturopathe n’est don pas de tenter d’agir sur le symptôme mais bien de remonter jusqu’à la cause de la pathologie et d’agir sur cette dernière de façon à rétablir l’équilibre naturel et faire en sorte que le symptôme n’ait plus à s’exprimer.

Docere

Enseigner. Le naturopathe enseigne à son patient les règles de fonctionnement de son corps et lui apprend à en prendre soin de façon naturelle. Les règles d’hygiène vitale concernent tous les domaines de la vie et considèrent les interactions qui existent entre les plans physique, mental, émotionnel et spirituel. Chaque plan est à prendre en considération pour retrouver et conserver une santé parfaite.

Soutenant ces 4 piliers, le naturopathe dispose de 10 techniques qu’il utilise en synergie, toujours dans le cadre d’une cure, mais pas forcément de façon exhaustive. Les 3 techniques majeures, fondamentales sont la nutrition, l’exercice physique et la gestion du mental. Une consultation de naturothérapie comporte obligatoirement des recommandations dans ces 3 domaines.

Histoire et origines

La naturopathie n’est pas toute nouvelle, puisque cette médecine trouve ses racines dans l’antiquité : on en trouve des traces dans les vestiges de la civilisation sumérienne, env -3500ans avant JC.

Cependant, c’est à partir de la fin du XIX  que l’on voit apparaitre la naturopathie moderne : aux Etats-Unis d’abord, avec John Scheel et Benedict Lust.

En France, elle arrivera vers 1940, grâce au biologiste Pierre Valentin Marchesseau. Ce dernier fera la synthèse des travaux de nombreux hygiénistes Nord-Américains, Français, et Européens.

Dans les 70’s, elle connaît un regain de popularité auprès du public à un tel point que des universités américaines commencent à l’enseigner, en formant des naturopathes dont le cursus durait 4ans. C’est l’arrivée d’une nouvelle génération de naturopathes.

Au fil du temps, la naturopathie se développe et gagne en reconnaissance. En 1983, l’Organisation mondiale de la Santé recommandait aux autorités médicales de tous les pays d’intégrer la naturopathie aux services de santé publics. En 1994, le gouvernement des États-Unis accordait, pour la recherche scientifique contre le sida, un budget à la Bastyr University, l’une des grandes écoles de naturopathie en Amérique du Nord.

Aujourd’hui, la naturopathie tends à vouloir gagner en structure, légitimité et cohérence et sa démarche se rapproche de plus en plus de l’evidence-based, afin d’associer les savoirs empiriques à la recherche et à la science. On parle notamment de médecine fonctionnelle.

Consultation et protocole

Une première consultation avec un naturopathe dure entre une heure et une heure trente.

A cette occasion, le naturopathe posera des questions sur l’état de la personne, ses antécédents, ses prédispositions génétiques, son régime alimentaire et son mode de vie, ainsi que sur les traitements conventionnels qu’elle peut suivre.

Une fois toutes les informations recueillies, un protocole de naturopathie est d’abord étudié, réfléchi, rédigé puis envoyé au consultant. Celui reforme l’ensemble des domaines relatifs à son hygiène de vie, lui proposant une véritable stratégie thérapeutique intégrative ayant pour but le retour à l’équilibre qu’induit la pleine santé.

Par la suite, c’est lors du suivi que sera dressé un premier bilan.

Un des objectifs du naturopathe étant d’éduquer à la santé, rendre l’individu autonome et responsable restera l’une de ses priorités. Un naturopathe peut également orienter le consultant vers d’autres praticiens dans le cadre d’une approche de santé intégrative, ou de besoins dépassant ses champs de compétences.

A qui s’adresse-t-elle ?

  • Vous souhaitez potentialiser fortement votre thérapie au sein du CTINT et faire le lien entre l’esprit et le corps en travaillant en synergie psychothérapies et naturopathie
  • Vous avez des problèmes digestifs, candidose, dysbiose
  • Vous êtes épuisés, souffrez de trouble du sommeil
  • Vous souffrez de maladies chroniques, diabète, allergies
  • Vous voulez perdre du poids, sortir des régimes incessants et favoriser un bon métabolisme
  • Vous souhaitez mieux vivre votre grossesse, ou mettre en place une hygiène de vie favorisant la fertilité de votre couple
  • Vous êtes vegan, crudivore, paléo, carnivore
  • Vous souffrez de TCA
  • Vous avez des douleurs articulaires
  • Vous souffrez d’addiction(s), de dépression ou d’états émotionnels instables, burn-out
  • Vous êtes déjà en excellente forme ou sportif et souhaitez optimiser plus encore votre santé
  • En accompagnement de pathologies lourdes, dans le respect évident de votre traitement et équipe médicale

Syndrome prémenstruel

Une modification du régime alimentaire peut permettre de diminuer certains symptômes associés au syndrome prémenstruel, par exemple en normalisant la glycémie ou en comblant des carences nutritionnelles suceptibles de favoriser le SPM (fer, vit D, calcium..)

La gestion du poids

Le naturopathe va réaliser un bilan de l’individu. La prise en charge globale (alimentaire, physique…) va permettre à l’individu d’adopter une nouvelle hygiène de vie favorable à la perte de poids. Le métabolisme, la santé thyroidienne, la construction de l’assiette et l’apport en macro et micro nutriments, la qualité du sommeil, l’activité physique et la gestion des émotions seront spécifiquement modulés.  

Système immunitaires, allergies, peau

Très souvent, les allergies sont dues à un disfonctionnement du système immunitaire. Or, la naturopathie permet de corriger en profondeur les troubles liés au système immunitaire. Des mesures diététiques, alimentaires et l’usage de certains remèdes naturels va permettre d’améliorer les allergies via la normalisation du système immunitaire de l’individu. Seront modulés : le microbiote intestinal, la barrière intestinale, et l’apport ou le retrait de certains aliments en cause (libération d’histamine, produits laitiers, gluten, sulfites..)

Arthrose

L’évolution du processus arthrosique est étroitement associé au mode de vie de l’individu. De plus, certaines plantes comme la griffe du diable et le gingembre ont fait leur preuves en ce qui concerne la réduction de la douleur et des symptômes de l’arthrose. Plus généralement, une modification du régime alimentaire peut réduire l’inflammation et améliorer la qualité de vie des individus souffrant d’arthrose. La perte osseuse peut-être limitée également en considérant la vitamine D, l’apport en calcium, et la baisse de la charge pro-inflammatoire induite par l’alimentation (hyper transformée, trop sucrée ect)

Tabac / addiction

Le naturopathe peut proposer à l’individu plusieurs sortes de mesures visant à faciliter l’arrêt du tabac. Par exemple, certaines plantes comme le Kudzu permettent de calmer la dépendance puisqu’elle stimule la production de dopamine. De plus, certaines plantes et compléments peuvent améliorer les symptômes du sevrage comme le magnesium pour la fatigue ou le millepertuis, à prendre sous sa supervision pour soutenir moral.

Remboursement mutuelle

Selon le Syndicat des professionnels de la naturopathie, de nombreuses mutuelles santé peuvent vous rembourser sur présentation d’une facture. Voici la liste des mutuelles qui prennent en charge une séance chez un naturopathe :

  • ABELA – 100e/an
  • ADREA MUTUELLE – 150e/an
  • AG2R LA MONDIALE – 150e/an
  • ALLIANZ  FRANCE – 25e/consultation
  • ALPTIS – 25e/consultation
  • AMAVIE – 40e/consultation
  • AMELIS MUTUELLE – 50e/consultation
  • APRIL – 150e/an
  • ASETYS – 500e/an
  • ASSURANCE PSI – 35e/consultation
  • ASSUREMA – 200e/an
  • AVIVA ASSURANCES – 50e à 200e/an
  • BTP PREVOYANCE – 80e à 120e/an
  • CAP VERT – 125e à 240e/an
  • CCMO MUTUELLE – 350e/an
  • CEGEMA – 200e/an
  • CREDIT MUTUEL – 40e/consultation
  • LA COMPAGNIE DES FEMMES – 350e/an
  • LIBRE ASSURANCE – 35e/an
  • MFIF – 50e/consultation
  • MILTIS – 25e/consultation
  • MUTUELLE VERTE – 40e/consultation
  • SWISS LIFE PREVOYANCE – 15e à 70e/consultation 

Ces données proviennent du Syndicat des professionnels de la naturopathie, mis à jour le 8 novembre 2019.