0145000486 contact@ctint.fr

Les Thérapies Brèves

Pour une prise en charge thérapeutique efficace 

Thérapie de Soutien

La thérapie de soutien a des objectifs thérapeutiques qui ne renvoient forcément pas à une catégorie clairement définie. Une telle psychothérapie se distingue d’autres thérapies visant à modifier la personnalité. L’objectif de la psychothérapie de soutien est d’aider la personne à supporter ses symptômes ou ses problèmes généraux, d’apporter un soutien moral. Elle est également le point de départ de toutes les autres psychothérapies. Elle se distingue des autres méthodes thérapeutiques car elle n’emploit pas de technique spécifique. Elle peut en revanche prendre pour base les facteurs communs, comme par exemple la création d’une relation d’alliance thérapeutique, des moments d’expression des émotions douloureuses jusqu’alors évitées, le développement de nouvelles habilités, l’accroissement de l’espoir…

Thérapie Cognitive et Comportementale (TCC)

La thérapie cognitivo-comportementale est une thérapie brève qui vise à remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés par des pensées et des réactions en adéquation avec la réalité. Le patient et le psychothérapeute travaillent ensemble pour identifier et comprendre les problèmes en fonction de trois ingrédients psychologiques : les émotions, les pensées associées et les comportements. Cette approche psychologique se concentre sur les difficultés de l’ici et maintenant et repose sur le fait que patient et thérapeute partagent une même compréhension du problème de l’individu.

TCC de l’Insomnie

Le sommeil est, avec l’alimentation et l’activité physique, l’un des 3 piliers de la santé. On le considère ainsi car s’il est troublé ou de mauvaise qualité, c’est non seulement notre énergie mais également notre humeur, nos émotions et nos capacités cognitives qui sont impactées. Le sommeil est tout simplement indispensable à notre survie. Loin d’être un simple processus passif de repos, il s’y déroule de nombreux phénomènes qui contribuent à notre homéostasie, notre équilibre interne. Régénération du système immunitaire, consolidation des apprentissages et organisation de notre mémoire sont autant de processus qui prennent place durant ce tier de notre vie que nous passons les yeux fermés dans l’obscurité.

Thérapie des Schémas (3e vague TCC)

La thérapie des schémas s’inscrit dans le champ des TCC dites de « la troisième vague ». Il s’agit  d’une approche intégrative associant des techniques cognitives, émotionnelles, comportementales et interpersonnelles. Dans les années 1990, le psychologue américain Jeffrey Young décida de créer l’approche de la thérapie des schémas. Pour ce faire, il s’est inspiré de sa maîtrise de la thérapie cognitivo-comportementale classique, en y intégrant sur le plan théorique des éléments issus des théories de l’attachement et des relations d’objet, et sur le plan thérapeutique, des techniques d’interventions expérientielles tirées de l’approche Gestalt.

Thérapie ACT (3e vague TCC)

La thérapie d’acceptation et d’engagement  (ACT – Acceptance and Commitment Therapy) puise son origine dans les thérapies cognitivo-comportementales. Elle fait partie de la troisième vague des thérapies comportementales et cognitives. Thérapie intégrative, elle combine à la fois une approche cognitivo-comportementale (reprenant des outils et exercices thérapeutiques utilisés en thérapie cognitivo-comportementale) et une approche existentielle (travail sur les valeurs personnelles). Ce qui compte, c’est la réponse aux événements ou sensations/sentiments déplaisants : nous pouvons les dénier, chercher à les éviter ou les accepter.

EMDR

L’EMDR est  une thérapie brève résolument intégrative car elle fait appel à différentes sortes d’approches psychothérapeutiques : TCC, corporelle, hypnose, relaxation, psychodynamique… Elle vise à faire disparaître les idées (cauchemars, flash-back, pensées incontrôlables…), affects (peurs intenses, sentiments d’impuissance…)  et comportements négatifs (évitements, état d’alerte continuel…) liés à une mémoire traumatique pour rétablir l’équilibre cognitif et émotionnel du patient.

Psychologie Positive

La psychologie positive est une science qui s’intéresse et qui s’oppose à notre fonctionnement habituel. Le modèle psychologique d’antan s’intéressait davantage aux pathologies qu’aux forces des patients. La psychologie positive, elle, s’intéresse aux forces et préfère parler de vulnérabilités que de faiblesses humaines. La vulnérabilité, c’est l’acceptation de notre limite humaine, de nos émotions et la capacité à de choisir ce que nous décidons d’en faire. Accepter sa tristesse, sa colère, sa temporalité, et ce qu’elles expriment. Être à l’écoute de ce qu’elles révèlent comme besoins non satisfaits non re-connus : c’est-à-dire connus et dont on peut faire un retour.

Thérapie par Réalité Virtuelle (TRV)

Les Thérapies par Réalité Virtuelle (TRV) complètent les thérapies, en particuliers les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC), par une immersion virtuelle du patient dans ses situations anxiogènes, au lieu de l’immersion en imaginaire. L’avantage des TRV est la qualité de l’exposition où le patient et son cerveau se croient vraiment exposés à la situation. Les exercices thérapeutiques sont plus efficaces. Autres les « techniques d’exposition », l’avantage est également que le psychologue peut accompagner son patient dans les exercices et le rassurer, l’encourager, l’aider.

Neuropsychologie et bilans

La neuropsychologie est une discipline de la psychologie qui étudie les perturbations cognitives (perturbations des fonctions intellectuelles), émotionnelles, comportementales et les troubles de la personnalité en lien avec le fonctionnement cérébral. L’examen neuropsychologique est un processus qui aide au diagnostic et qui couvre l’ensemble des fonctions prises en charge par le cerveau (Mémoire, Attention, Organisation/ Planification, Perception, Expression orale, Lecture, Ecriture…). L’état psycho-affectif est également pris en compte afin de faire ressortir la présence d’anxiété, de tristesse, de colère ou de perte d’estime de soi qui vont retentir sur les fonctions intellectuelles. Cette évaluation repose sur une série d’exercices (que l’on appelle aussi des tests) permettant d’évaluer les fonctions cognitives (intellectuelles) comme la concentration, la mémoire, la résolution de problèmes, l’organisation, le langage… Lorsque ces fonctions sont perturbées, on parle de troubles cognitifs. Ainsi, l’examen neuropsychologique permet d’évaluer la présence de ces troubles. Mais l’évaluation ne se contente pas d’évoquer les difficultés du patient, elle fait également ressortir ses points forts. Cette évaluation sera un des éléments  qui conduira au diagnostic fait par le médecin.